L’enseignement

Pendant la campagne de 2014, je vous avais parlé de ce besoin de réformes pour l’enseignement.
A mon sens, le pacte d’excellence va dans la bonne direction mais… on ne peut s’arrêter là.
Les prochains mois, les prochaines années, seront décisifs, pour que ce pacte prenne vie.
Mes priorités à ce sujet :

1. Lutter contre la pénurie d’enseignants

 
 

Chaque année, 4.500 nouveaux enseignants arrivent dans nos écoles fondamentales et secondaires. 23% abandonnent au cours de la première année et 35% dans les cinq ans.

Alors incitons des personnes de qualité à devenir et à rester enseignants.

Une étude récente indique qu’en Belgique, la fonction d’enseignant ne fait pas partie du Top 30 des fonctions les plus attractives.

Dans des pays souvent cités en exemple, comme la Finlande ou Singapour, la fonction d’enseignant fait partie du Top 5.

Comment faire pour y arriver? Un exemple :

généraliser les pratiques collaboratives à l’ensemble des équipes éducatives, c’est le point suivant.

 

2. Généraliser les pratiques collaboratives à l’ensemble des équipes éducatives

 
 

Nous proposons d’encourager le partage d’expérience et le travail collaboratif entre enseignants.

Initialement opposés aux pratiques collaboratives, les syndicats ont dû se rendre à l’évidence : les projets pilotes furent un succès. Aujourd’hui, plus de 4000 enseignants ont eu l’occasion d’expérimenter des pratiques collaboratives et l’enthousiasme est au rendez-vous.

Des exemples ? Des « invitations pédagogiques », au cours desquelles on invite un enseignant dans une classe ; des préparations pédagogiques en commun (deux enseignants préparent un cours ensemble) ; des moments de partages ; des rencontres inter-écoles : très utiles aussi !

Imaginez que jusqu’il y a peu, la plupart des enseignants travaillaient de manière très isolée et n’échangeaient que très rarement sur le plan pédagogique. Les bénéfices sont énormes : échanges de feedback, petites améliorations au quotidien, estime de soi des enseignants renforcée (qui fait progressivement disparaître la peur initiale d’être jugée par cet autre enseignant dans la classe),…

3. Inclure le développement socio-émotionnel des enfants dans le cursus scolaire :

 

favoriser la gestion des émotions et l’apprentissage de l’empathie et de la pleine conscience.

 

4.Accélérer le redressement des écoles les plus fragiles : équité !

 

Notre système est beaucoup trop inéquitable ! C’est la conclusion de toutes les études qu’on lit. Le système n’est pas mauvais, mais beaucoup trop variable d’une école à l’autre. Ayons donc également une action ciblée sur les écoles fragiles. Je suis convaincu que l’impact sera énorme.

D’après certaines estimations, nous pouvons en redresser 50 par an. En 5 ans, nous aurons contribué à redresser 250 écoles (sur 2500 en FWB) et cela fera la différence, confirment les experts qui ont travaillé sur de telles mesures à l’étranger.

5. Renforcer le leadership pédagogique des directions d’école

 

Objectif : permettre aux directions de se focaliser sur le projet pédagogique, alors que si souvent les directions sont submergées par la partie administrative de leur tâche.  

Nous voulons gérer les directions d’école comme une ressource stratégique. Il n’y a pas d’école de qualité sans une équipe de direction de qualité.

Les meilleurs systèmes renforcent l’attrait de la fonction et sélectionnent les directions de manière rigoureuse en recrutant les enseignants avec les meilleures compétences pédagogiques et de coaching d’adultes. La priorité est donc donnée au leadership pédagogique plutôt qu’à la gestion administrative.

6. Généraliser l’enseignement en alternance dans le qualifiant et transformer en filière d'excellence l’enseignement technique et professionnel

 

La revalorisation de l’enseignement qualifiant passe notamment par davantage de synergies avec le monde de l’entreprise, p.ex. par le développement de stages et de formations en alternance afin de rencontrer les besoins et d’assurer un avenir professionnel aux élèves. Le MR veut généraliser l’alternance dans le 3ème degré du qualifiant.