Nicolas Janssen
 

Du cheminement individuel à la transformation collective

 
IMG_6219.jpg
 
 

 

Pourquoi choisir le chemin comme thème de campagne ? 

Parce que la vie est un chemin de transformation, individuel et collectif. Parce que la croisée des chemins, c’est le lieu des rencontres et parce que... rien ne nous transforme autant que l’amour. Et à 43 ans, j’aime aimer pleinement, tout simplement. 

Etre heureux pour bien faire ce que l'on fait ?

Prenons un exemple: comment être de bons parents? "Pour être de bons parents, soyez des parents heureux", recommande-t-on.

Et bien, en politique aussi, aujourd’hui plus que jamais: pour être de bons politiques, soyons des politiques heureux. Et ce n’est pas du simplisme. Être heureux n’est pas aussi simple que cela!

C’est précisément cela, pour moi, le chemin de transformation.

Etre engagé mais rabougri? Non merci... 

Aimer, c’est se donner tout entier, jamais à moitié!

notre démocratie aussi est à la croisée des chemins.

d'une part, le pouvoir est toujours plus éclaté, moins pyramidal. 

Comme  l'écrit l'analyste Ian Bremmer dans son livre "G-zero", on ne peut plus dire que certaines nations dirigent le monde, comme c'était le cas aux 19ème et 20ème siècles. Bonne nouvelle ! Ce ne sont plus quelques chefs d'Etat qui décident de tout. Le pouvoir de chacun va crescendo. Nous avons, globalement, un contrôle démocratique croissant sur le monde qui nous entoure.

 

 

 

 

mais d'autre part, il y a Trump, le brexit ou le mouvement 5 étoiles... et surtout, une réalité qui est pire encore: C'est l'immense montagne de colère et de frustration des populations qui leur ont donné la victoire ! 

Cette colère est là, ne la sous-estimons pas... Ces frustrations ont leur raison d'être. Si nous ne prenons pas le temps d'entendre ces électeurs, si l'on ne réussit pas collectivement à transformer ces émotions, qu'adviendra-t-il des valeurs qui nous sont chères?

Comment, dès lors, donner un nouveau souffle à notre démocratie et transformer tous ces ressentis individuels en un projet porteur d'avenir et d'espoir ? 

Vous devinez ma réponse et ma conviction ?

Nous sommes, individuellement et collectivement, sur un chemin de transformation. 

L'interdépendance, qui nous réunit sur ce chemin, donne tout son sens au cheminement individuel.

Dans les années 60, la science refusait encore de croire à la "plasticité neuronale", alors qu'aujourd'hui ce processus continu et dynamique de création, d'élimination et de renforcement de connexions synaptiques fait l'unanimité, quel que soit l'âge du cerveau considéré. N'est-ce pas encourageant? Par les pratiques adéquates, je peux "me changer et changer le monde", comme l'affirmait Gandhi.

Quel projet, dès lors, pour demain ? Un projet intérieur, dont la portée est collective.

Parce que notre plus grand moteur, c'est la quête du bonheur. Et à mon sens, le point de départ du bonheur est intérieur. 

Je vous propose dès lors de définir ensemble les prochaines étapes de ce chemin de transformation.

Qu'en pensez-vous, êtes-vous partants ?