Première intervention sur le budget en tant que chef de groupe!

« C’est à chaque homme et chaque femme de décider s’il marchera dans les ténèbres de l’égoïsme destructeur ou dans la lumière de l’altruisme créatif (Martin Luther King).»

Ci-dessous mon intervention sur le budget 2016: pas mal d’émotions! Merci aux collègues pour leur soutien!

Conseil provincial du 26 novembre 2015
BUDGET 2016 (mi-législature)
Intervention du Chef de Groupe MR

Madame la Présidente,
Monsieur le Gouverneur,
Madame et Messieurs les Députés provinciaux,
Chers Collègues, Mesdames, Messieurs,

Je ne sais pas ce qu’évoque pour vous la « mi-législature ».

En ce qui me concerne, cela me fait penser à la quarantaine, cette décennie mûre et engagée que beaucoup d’entre nous connaissons bien !

Pourquoi ? Pour 3 raisons :
1) On aimerait réaliser tant de choses au cours de la moitié (environ ?) qui nous reste.
2) On commencer à mieux percevoir que nul n’est éternel, peut-être pas même l’institution provinciale ?
3) Et puis, surtout, on cherche à donner toujours plus de sens à son action.

Permettez-moi de structurer mon intervention autour de ces trois points et de commencer par le dernier : comment notre institution cherche-t-elle à donner toujours plus de sens à son action ? C’est simple : en devenant toujours d’avantage l’opérateur principal de soutien aux communes.

Souvenons-nous de la présentation de la déclaration de politique provinciale en novembre 2012 à l’Hôtel du Gouverneur. La Majorité MR-PS , à peine installée, affichait clairement sa volonté de se rapprocher des 27 Communes du Brabant wallon et de répondre encore davantage aux besoins spécifiques de celles-ci. Une intention qui se traduisait par un slogan : « Plus fort, plus proche ».

Trois ans plus tard, où en sont les réalisations ?

Plus de 16.000.000€ ont été accordés aux 27 communes du Brabant wallon par les nombreux appels à projets en matière de mobilité, d’accueil de la petite enfance, de sécurité, de lutte contre les inondations, de dynamisation des centres villes et villages et même de logements ou de cohésion territoriale.

Il devient peu probable pour un Brabançon de traverser une commune de notre province sans rencontrer au moins une réalisation de la Province : un trottoir, un bassin d’orage, une piste cyclable, une caméra de surveillance, une crèche voire deux ou trois (rappelons à cet effet le triplement de l’appel à projet « petite enfance » passé à 1,5 million d’euros : l’opposition s’en est même félicitée à l’instant, merci M. Trussart),…

Plus proche… Et « plus fort » : aujourd’hui au travers du Budget 2016, le Collège provincial confirme le caractère structurel de cette politique supracommunale, qui fait tant de sens : 7.000.000 € chaque année uniquement pour les appels à projets.

Cette supracommunalité est plus qu’une « simple » politique menée au même titre qu’une autre. C’est un véritable esprit de partenariat qui se tisse avec les Communes aux bénéfices des citoyens. D’abord par l’implication importante du Brabant wallon sur l’ensemble des réflexions de tout type menées notamment au Conseil 27+1. Mais aussi par l’investissement considérable du Brabant wallon pour la sécurité et les services de secours.

J’en viens à présent à mon deuxième point très proche du premier, mais il me paraît tellement important, que cela vaut la peine d’insister, au risque de se répéter quelque peu: notre Province sera-t-elle éternelle ? Nul ne le sait. Par contre, nous savons tous que la Province est une institution contestée et peu comprise par les citoyens. Comment répondre à ces interrogations, à ce besoin de remise en question ? Par la supra-communalité. Ce que le Collège provincial a réalisé en la matière est le résultat d’une réforme en profondeur, c’est presque une réforme institutionnelle, qui vise à mieux servir nos communes et nos citoyens et à mieux répondre à leurs attentes, notre souhait à tous. Est-ce suffisant?

Venons-en au 3ème point : ne trouvez-vous pas qu’à mi-législature, comme à 40 ++ ans, on réalise toujours mieux combien il est nécessaire de prioriser ce que l’on aimerait faire dans la partie qui nous reste.
C’est ce que fait ce budget. Nous posons les jalons d’une politique ambitieuse de revalorisation de nos propres infrastructures.

Près de 23.000.000 € seront consacrés à la revalorisation des infrastructures provinciales en vue d’offrir à l’ensemble des Brabançons wallons des outils d’accueil de qualité, efficaces et qui répondent parfaitement à leurs attentes.

Nous aurions aimé faire plus et inclure dans cette stratégie de financement, dans ce plan d’investissement, plus d’investissements encore. Nous avons tous probablement un projet ou l’autre à l’esprit qui mériterait un financement, une remise à neuf…

Mais on ne pourra pas tout faire au cours de cette législature. Attention, ne me comprenez pas mal toutefois : nous réaliserons +- 100% de ce que nous avions annoncé dans nos engagements aux citoyens. Mais nous voulons faire plus.

C’est pour cela aussi que ce budget 2016 donne des orientations de la politique d’investissement des 20 prochaines années. C’est cela, être tourné vers l’avenir et réfléchir à long terme !

Avant de conclure, je voudrais encore :
1) Rappeler que, quels que soient ces projets, nous maintenons évidemment une fiscalité parmi les plus faibles de Belgique ;
2) Remercier l’ensemble des agents provinciaux ainsi que le Collège, qui fournissent un travail formidable, les remercier pour leur détermination à anticiper les enjeux de demain et surtout d’y répondre avec tant d’efficacité pour les presque 400.000 Brabançons wallons.

Je terminerai par une phrase de Martin Luther King, qui s’applique aussi aux moments particulièrement tourmentés que nous vivons et qui pourrait continuer à inspirer notre action au cours de cette seconde moitié de législature :

« C’est à chaque homme et chaque femme de décider s’il marchera dans les ténèbres de l’égoïsme destructeur ou dans la lumière de l’altruisme créatif. »

Je vous remercie.

fernandes nathalie